JANVIER AU BENIN

JANVIER AU BENIN

de Grand Popo à Possotomé et au lac Ahémé

après les fêtes du vaudou à Grand popo, A. me quitte pour retourner sur Cotonou ou l'attend son travail, et je reste passer une dernière nuit à l'auberge "leon-bar".

 

une soirée ou j'ai l'occasion de discuter avec de jeunes béninois, et d'un "moins jeune" que j'aurais la surprise de retrouver en fin de séjour dans une paillotte-restau de Cotonou, route des pêches, Romuald.

 

 

auberge "leon bar", vue de la plage

 

 

 

plage de Grand popo dans les brumes de l'harmattan

 

 

je repars ce matin, en zem encore, pour Possotomé, petite ville ou jaillit une source d'eau mise en bouteille et distribuée dans tout le Benin.

 "une posso-gaz" demande-ton ainsi dans les maquis,restau et cafés de Cotonou. (ou sans gaz, of courses).

 

les salons et salle à manger de l'hotel "chez théo" à Possotomé

auberge "chez théo"

 

Possotomé vue du lac

 

jeux d'enfants

 

pirogues des pêcheurs du lac

 

 

41 villages de pêcheurs autour de lac.

Un grand projet de ré-empoissonnement par la plantation de millions de pieds de palétuviers tout autour du lac (reconstitution de la mangrove, zone de reproduction du poisson) : 4 millions de palétuviers seront ainsi plantées entre 2009 et 2012.

ce projet est soutenu par l'association "eco-benin" qui me proposera des ballades sur le lac et dans les villages de pêcheurs.

 

tout sur "éco-benin"

 

les femmes pêchent sur le lac : des crevettes essentiellement, à la balance.

 

 

les hommes, eux, pêchent au filet (à l'épervier), à ligne de traine, et aussi à l'aide de tubes de branches creuses qui piègent les poissons venus y manger l'intérieur en décomposition. posées sur le fond vaseux, ces branches sont cherchées en plongeant, une par une, vidées et immédiatement replacées. une zone de pêche de ces "tubes" peut contenir de 500 à 2000 tubes.

 

démonstration de pêche à l'épervier (filet)

 

le futur restaurant animé par "éco-benin", en bordure du lac... bonne chance à cette association locale bien dynamique.

 

je partirais le lendemain, après une nuit passée "chez théo", après un repas partagé avec une "routarde" solo comme moi, venue de  Saint-Ouen : le monde est petit.

Nous prendrons la même pirogue à moteur, avec des femmes béninoise se rendant au marché, pour rejoindre, sur  la rive d'en face, le village de Tokpa-Domé.

 

 

je garderais du lac Ahémé le souvenir d'une plongée dans une poésie infinie, dans un ailleurs indicible, ou les gris des eaux du lac repondaient au gris du ciel, sur fond de soleil d'argent, ou les silhouettes des pêcheurs semblaient appartenir à un autre univers.

 

 

le bateau-bus attend ses passagers ....

 

et maintenant, partons !

prochains arrêts : Tokpa Domé puis Ouidah

 

 



09/02/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres