JANVIER AU BENIN

JANVIER AU BENIN

retour sur COTONOU

mon sejour au benin s'est en fait organisé de cette manière  :

 

- trois jours sur Cotonou ,

- ensuite départ pour une ballade Grand-popo, Possotomé, Ouidah, route des pêches,

- retour pour Cotonou, avec un vendredi à Porto-Novo et un dimanche à Ganvié,

- ensuite une ballade de 6 jours dans les collines de Dassa et l'Atacora,

- retour sur Cotonou,

- 3 jours sur Azowlissé et l'Ouémé

- derniers WE à Cotonou

 

Cotonou, comme je le disais au départ, on ne la "visite" pas, on la vit;

 

pas de grandes et spectaculaires architectures... ? mais si, en cherchant un peu !

 

 

VOYONS .....

 

 

 - les grands marchés , dont le plus grand marché en plein air d'Afrique de l'ouest, Dantokpa

 

 

imaginez un marché dont l'ambiance serait celle des Puces de saint-ouen, mélangée avec le Marché St Pierre, mixée avec le marché de Saint-Denis , (9-3) ou Barbès du temps des magasins Tati,  vous multipliez par 1000 (on peut même ajouter un 0) et vous avez Dantokpa.

 

un labyrinthe de boutiques sous toits de tôle, ou vous pouvez trouver tout, absolument tout, (sauf de l'artisanat, quasi absent).

 

au centre de ce marché on trouve le "marché aux pagnes", dans un grand batiment : le royaume du tissu africain !

 

 

vous voulez vous faire faire un costume, une robe ? pas de soucis ! d'abord choisir son tissu et là, le choix est incroyable ! coupons de 6 ou 12 mètres (dans les marchés de campagne, on calcule parfois en yards).

 

 

 "tu coupes ?" LA question à poser : certaines vendeuses (que des femmes) ne coupent pas les coupons, pas possible alors d'en acheter 2 ou 4 mètres ! pas de soucis, on continue de chercher et on trouve;

2 mètres = 1 pagne ! alors on demande aussi 1, 2 ou 3 pagnes.

 

une robe d'enfant : 1 ou même 1/2 pagne, une robe simple d'adulte : 1 pagne, une belle tenue : 2 pagnes;

 

une fois acheté votre tissu, vous cherchez, dans votre quartier, un tailleur ! un bon si possible (parfois on tatonne) :  en 2, 3 jours ou une semaine maxi, vous avez votre tenue, taillée et cousue sur mesure;

 

les bons tailleurs : on se les "garde pour soi" et les amies du premier cercle .... : si le bon tailleur a trop de clientèle soudainement, il va sous-traiter, et ce ne sera plus la robe du "bon tailleur" !

 

pour 8-10-12 euros maxi, (tissu et façon) vous avez une superbe robe. et ne croyez pas que le tailleur ne taille que des costumes tradi et des boubous : non, il vous taille des robes pouvant être portés en rentrant en France.

 

de grands professionnels, chapeau !

 

 

 

la place de l'étoile rouge

 

 

 

 

de cette place partent les cars pour le Nord du benin ! avec sa statuaire et son gigantisme liés à la période marxiste du pays, elle est incontournable.

 

 

vendeurs de pain : ci-dessus sur la place de l'étoile rouge, , mais partout dans Cotonou, on trouve, ne s'installant parfois que tard dans l'après-midi, des vendeurs de pain. 

 

"Boutiques" de quelques pains ou grands étals, on y trouve des pains se rapprochant de leurs homologues français, des pains de mie parfois gigantesques (familles nombreuses obligent !) et des "pains sucrés", genre de viennoise, délicieuse pour les petits dejeuners.

en général vendus par deux dans un sac nylon, 200 Fcfa ! bon app' !

 

sur la même place de l'étoile rouge, le dimanche matin, tout autour de la statue centrale, des écoles de gym officient aux petites heures fraiches de la matinée.

chaque école porte un tee-shirt de couleur distincte.

spectacle surprenant !

 

la "gare" des bus ATT, qui montent vers le Nord !

 

on a parfois des surprises : partant à Dassa, j'y suis allée la veille me renseigner sur les cars et les horaires : "demain 7h, me dit-on, soyez là !"

nous nous pointons à l'heure dite : le bus ne part qu'à 9h et pas la peine d'acheter les places avant .... bien, on attend !

finalement le bus prévu ne sera pas au rendez-vous et de guerre lasse (enfin lassées d'attendre) nous prendrons à 10 heures un mini-bus.

 

mais c'est aussi ça l'Afrique : si c'est là, c'est bien, si c'est pas là, tu te fâches pas et tu te débrouilles. le miracle, c'est qu'on peut toujours se debrouiller !  

 

 

 

le vons et les pavés 

 

il n'y a pas vraiment d'adresse à Cotonou (à part les boites postales). On habite un quartier, on se repère avec les différents édifices de la ville et on se débrouille pour indiquer la destination aux zems, comme on peut.

 

les rues en sable et terre sont les VONS, les rues pavées sont les PAVES ! pas compliqué !

"au bout du von, tu tournes à gauche sur le pavé".

" fin du pavé, c'est le von sur la droite"

 

voilà !

 

on reprend .... :))

 

 

il y a même un endroit qui s'appelle "fin pavé" en langage zem : c'est le lieu, à Cotonou, le long de la côte, ou s'arrête le "pavé" et ou commence la route des pêches, toute en sable....

pour aller chez Romuald, fin pavé, et tu roules 5-6 kilomètres !

 

c'est bon ? on continue ....

 

 

la cathédrale

 

curieuse architecture .... et curieuses couleurs !

 

le Bénin : 25% de chrétiens, 25% de musulmans et 50 % d'animistes, sachant que beaucoup de chrétiens et de musulmans sont aussi animistes... c'est la religion dite "kif-kif", un syncrétisme bien compréhensible.

 

les chrétiens ne sont pas tous catholiques : il y a pléthore d'églises évangélistes, de tout bord; certaines églises sont assez folkloriques dans leurs manifestations extérieures. (chapelles de rues avec enfant-Jesus en plastique blanc dans un vrai berceau d'enfant, les "repentis" tout en blanc vêtus ...).

 

la foi chrétienne imprègne la vie quotidienne : à voir les ensignes des magasins ...

 

vous écrivez d'un côté

 

- AVE MARIA

- A LA GRACE DE DIEU

- DIEU LE VEUT

- BIEU LE FAIT

- A LA MISERICODE DE DIEU

- MISERICORDE DIVINE

- BENI SOIT DIEU

- LOUANGES A DIEU

- MISERICORDE CELESTE

- SI DIEU LE PERMET

- DIEU TE GARDE

- ect

  de l'autre

 

- maquillage- cosmétiques

- coiffures-tresses

- couture de luxe

- grand tailleur

- centre technique de la moto

- épicerie fine

- maquis chez ...

- cafetaria

- tailleur de luxe

- ect

 

vous pouvez relier chacune des premières propositions à chacune des secondes et vous avez les enseignes de magasins qui fleurissent absolulent partout.

c'est étonnant, c'est touchant...

 

le must dans le domaine ce sont deux zems vus à quelques minutes d'intervalle, (hasard ... ou la main de Dieu ?), avec, au dessus de l'immatriculation, à l'arrière de la moto :

 

"le sang du christ"

et

"si dieu le permet"

 

quant on connait la folie de la conduite des zems, heu ... on regarde ailleurs... :))

 

 

 

 

Cotonou, c'est aussi la fondation ZiNSOU

 

(photo du web) : entrée de la fondation

 

fondation culturelle privée, nous y avons vu une expo sur les rois d'Abomey (des peintures inspirées par);

c'est aussi une cafétaria hyper zen, dans un cadre très "parisien branché bo-bo" particulièrement reposant dans cette ville un peu stressante qu'est Cotonou;

avec un personnel cool mais stylé, de beaux meubles très classe, on  va s'y reposer quelques bienfaisantes minutes. et on y boit le café de Georges (Clooney of course).

 

 

le centre culturel français

 

là aussi, on peut se délasser dans un cadre sympathique, un peu abrités du bruit et des odeurs d'essence :))

 

 

 

nous avons passé une superbe soirée avec un UBU ROI de jarry, donné par une troupe béninoise.

 

au moment ou les revolutions tunisiennes et egyptiennes se déroulaient, au moment ou la Cote d' Ivoire jouait son lamentable théatre de marionnettes, cette farce sur la violence et le pouvoir tombait "à pic", comme nous l'a dit en fin de représentation, le jeune metteur en scène.

une soirée intelligente et très conviviale.

 

Père ubu et Mère ubu

 

 

la jeune troupe et son metteur en scène

 

 

pour en finir avec Cotonou, (pour le moment), je dirais que j'ai beaucoup aimé cette ville, que je n'ai pourtant abordée que brièvement.

 

J'y ai fait des courses, je suis allée à la plage, j'ai fait faire chez un tailleur des robes pour mes petites-filles, j'y suis allée au théatre, j'ai découvert ses librairies, (je ne vis pas sans livres), j'ai parcouru ses vons et ses pavés, à pied et en zem, respiré ses vapeurs d'essence, vécu ses coupures d'eau et d'électricité... bavardé avec les habitants de la cour,

 

je n'ai qu'une envie : y retourner !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



15/02/2011
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres